facebook pixel

Ce site web utilise des cookies nécessaires au bon fonctionnement du site et permettant de faciliter votre navigation. Vous trouverez plus d'informations sur les cookies, la façon dont nous les utilisons et la façon dont vous pouvez en contrôler l'usage en cliquant sur le lien suivant. En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez que nous utilisions des cookies, ainsi que précisé dans notre politique d’utilisation.

France

Maladie de Newcastle

La maladie de Newcastle ou pseudopeste aviaire est une maladie virale affectant les oiseaux sauvages et domestiques (poulets, dindes, pigeons…). Elle est caractérisée par une grande variabilité de morbidité, mortalité, signes cliniques et lésions.

Tout agrandir
  • La maladie de Newcastle est due à un virus appartenant à la famille des paramyxoviridae. La transmission entre les volailles se fait par voie fécalo-orale. L'excrétion du virus se fait par voie aérogéne et/ ou fécale. La dispersion peut aussi se faire via transport de materiel contaminé. Lors de l’éclosion, les poussins peuvent être contaminés par les particules virales se trouvant sur les coquilles.

  • La maladie se présente sous trois formes

    • lentogénique ou faiblement virulente,
    • mésogénique ou moyennement virulente,
    • vélogénique ou très virulente, également appelée « maladie de Newcastle forme exotique ». Les souches lentogènes sont très répandues mais occasionnent peu de foyers de maladie.

    La maladie se manifeste généralement par des signes respiratoires mais le tableau clinique peut être dominé par un abattement, des manifestations nerveuses ou des diarrhées.

    Sous sa forme hautement pathogène: maladie contagieuse à déclaration obligatoire.

    (si isolement de PMV1 avec ICPI supérieur à 0,7: signalement aux instances, déclaration à l’OIE et destruction des troupeaux).

  • Les signes cliniques, les lésions et le contexte épidémique général permettent souvent de suspecter la pseudopeste aviaire.Cepandant le diagnostic doit toujours être confirmé par l'isolement et l'identification du virus. Le pouvoir pathogène du virus doit ensuite être évalué.

  • Il n’existe pas de traitement de la maladie de Newcastle.

  • La prévention de la pseudo peste aviaire repose sur des mesures complémentaires d'hygiène et de prophylaxie médicale.

    Vaccination en Europe:

    • Obligatoire depuis les années 90 en Belgique, Pays-Bas et Allemagne
    • France: vaccination des volailles à durée de vie longue et obligatoire pour les regroupements d'animaux (foires, pigeons voyageurs...)
    • Suède, Finlande, Estonie: pas de vaccination
    • Seules les souches lentogènes sont autorisées en Europe pour l'élaboration des vaccins.

    Des procédures de biosécurité doivent être établies pour empêcher l’incursion de la maladie.

    Quand la maladie apparaît dans une zone antérieurement indemne, une politique d’abattage sanitaire est appliquée dans la plupart des pays.

    Les mesures sont les suivantes :

    • isolement strict ou mise en quarantaine ;
    • abattage dans des conditions décentes de tous les oiseaux infectés et exposés (Code sanitaire pour les animaux terrestres de l’OIE) ;
    • nettoyage et désinfection en profondeur des locaux ;
    • élimination appropriée des carcasses (Code sanitaire pour les animaux terrestres de l’OIE).
    • lutte contre les nuisibles dans les élevages ;
    • dépeuplement suivi par une période de 21 jours sans volailles avant repeuplement ;
    • absence de contact avec les oiseaux dont le statut sanitaire est inconnu ;
    • contrôle de l’accès aux élevages avicoles.
  • L'impact économique de la maladie de Newcastle est énorme et n'est pas mesuré uniquement en termes de pertes commerciales directes (mortalité) car dans les pays développés indemnes de la maladie les mesures de contrôle représentent une perte importante pour l'industrie avicole. Dans les pays en voie de développement où les oeufs et la viande de volaille constituent la source principale de protéines, cette maladie représente un frein au développement de la production avicole. En terme de santé publique, la maladie de Newcastle est une zoonose très bénigne (maladie animale qui peut également toucher l’homme).