facebook pixel

Ce site web utilise des cookies nécessaires au bon fonctionnement du site et permettant de faciliter votre navigation. Vous trouverez plus d'informations sur les cookies, la façon dont nous les utilisons et la façon dont vous pouvez en contrôler l'usage en cliquant sur le lien suivant. En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez que nous utilisions des cookies, ainsi que précisé dans notre politique d’utilisation.

France

La Variole

La variole est une maladie virale fréquente des oiseaux domestiques se caractérisant par la formation de lésions cutanées prolifératives et / ou de lésions de la partie supérieure des appareils digestif et respiratoire.

Tout agrandir
  • Le virus variolique est très résistant. La contamination se fait par les crôutes, les aliments, le sol, l'eau. Les lésions au niveau de la peau sont une porte d'entrée du virus.

  • Généralement la maladie apparait sous deux formes: cutanée (séche) et diphtérique (humide), bien qu'une forme systémique puisse aussi être observée.

    La forme cutanée se caractérise par l’apparition de lésions nodulaires ou de croûtes blanchâtres sur les parties non emplumées de l’oiseau (lésions de la crête, des barbillons, de la commissure du bec, des pattes, du cloaque et d'autres zones cutanées) ainsi qu'une productivité réduite.

    Les symptômes de la forme diphtérique varient en fonction de la localisation et de la sévérité des lésions. Elle se caractérise par l’apparition d’une membrane diphtérique jaunâtre sur les muqueuses des parties supérieures des systèmes digestif (cavité buccale et oesophage) et respiratoire (trachée). Ces lésions occasionnent chez le volatile des difficultés à s’abreuver, à s’alimenter et à respirer.

  • La variole peut être dépistée dès l'apparition des symptômes. Seul votre vétérinaire pourra confirmer ce diagnostic grâce a un diagnostic de laboratoire (histologie).

  • Il n'y a pas de traitement spécifique.

  • L’objectif de la prévention est de réduire les risques de transmission par l’entremise des vecteurs mécaniques et elle s’appuie sur l’adoption de bonnes mesures d’hygiène et de biosécurité et sur un contrôle efficace des moustiques et des autres insectes. La vaccination ou la guérison aprés une infection naturelle permet l'installation d'une immunité active aquise. La vaccination est envisagée dans les zones où la maladie est fréquente.

  • La morbidité est variable; la maladie peut soit frapper seulement quelques oiseaux ou aller jusqu’à s’étendre à l’ensemble du troupeau. La mortalité demeure généralement faible, quoiqu’elle puisse être élevée dans des cas exceptionnels (surtout forme humide). Il peut y avoir une chute de ponte importante.