facebook pixel

Ce site web utilise des cookies nécessaires au bon fonctionnement du site et permettant de faciliter votre navigation. Vous trouverez plus d'informations sur les cookies, la façon dont nous les utilisons et la façon dont vous pouvez en contrôler l'usage en cliquant sur le lien suivant. En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez que nous utilisions des cookies, ainsi que précisé dans notre politique d’utilisation.

France

Infection à Mycoplasma ou Maladie Respiratoire Chronique

Maladie respiratoire chronique qui touche essentiellement les poulets et les dindes

De nombreuses espèces mycoplasmiques peuvent infecter les oiseaux mais seuls Mycoplasma gallisepticum, Mycoplasma synoviae, Mycoplasma meleagridis et Mycoplasma iowae sont reputés pathogènes chez la poule ou chez la dinde.

Tout agrandir
  • Dans le monde avicole moderne, la majeure partie des troupeaux de sélection voire de reproduction, sont le plus souvent indemnes de Mycoplasma gallisepticum et Mycoplasma synoviae. Mais les contaminations mycoplasmiques demeurent fréquentes dans les troupeaux de production, surtout si ils sont situés dans des zones à forte densité d'élevage. Dans les élevages, le mode d'infection le plus fréquent pour MG et MS est la voie respiratoire.La transmission peut être directe ou indirecte.

  • Mycoplasmma gallisepticum: seul ou associé à d'autres agents pathogènes , MG est l'agent de La Maladie respiratoire chronique. Les signes cliniques sont un coryza, des éternuements, un jetage, une toux, des râles trachéaux et une dyspnée. Les oiseaux les plus atteints restent prostrés, le bec ouvert. La croissance est ralentie et le taux de ponte diminue. Chez le dindon une sinusite infraorbitaire uni ou bi laterale peut être observée.

    Mycoplasma synoviae:les premiers symptômes consistent en une pâleur de la crête, des retards de croissance et des articulations enflées. Des ampoules du bréchet sont fréquemment observées. Dans les formes chroniques, les articulations restent tuméfiées avec des difficultés de déplacement.

    Mycoplasma meleagridis: ce mycoplasme affecte essentiellement la dinde et entraine une aérosacculite; on peut avoir des retards de croissance, des anomalies du plumage et des déformations des vertèbres.

    Mycoplasma iowae: L'infection se traduit par une réduction de l'éclosabilité .

  • L'infection mycoplasmique pouvant rester subclinique ou entrainer des symptômes et des lésions peu spécifiques, le dépistage ou le diagnostic doit être effectué au laboratoire.

  • Plusieurs antibiotiques ayant une activité sur les mycoplasmes sont utilisés.

  • L’éradication de Mycoplasma gallisepticum est une priorité dans de nombreux pays. La prévention de la maladie commence souvent par l’achat de poussins non infectés et les précautions de suivi incluent le très strict respect des règles classiques de prophylaxie sanitaire (désinfection, vide sanitaire, isolement et protection de l'élevage, hygiène ...). Ainsi que des programmes appropriés de vaccination et de prévention des autres affections bactériennes et virales. Des contrôles réguliers sont effectués afin de s'assurer de l'absence de contamination.

  • Les infections mycoplasmiques ont des conséquences économiques importantes et sont difficiles à contrôler. Pour Mycoplasma synoviae la morbidité avoisine les 10% mais varie selon la virulence des souches entrainant parfois des saisies très importantes à l'abattoir.

    Mycoplasma iowae: réduction de l'éclosabilité d'environ 5 à 20%.