facebook pixel

Ce site web utilise des cookies nécessaires au bon fonctionnement du site et permettant de faciliter votre navigation. Vous trouverez plus d'informations sur les cookies, la façon dont nous les utilisons et la façon dont vous pouvez en contrôler l'usage en cliquant sur le lien suivant. En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez que nous utilisions des cookies, ainsi que précisé dans notre politique d’utilisation.

France

Colibacillose

La colibacillose aviaire est certainement le premier ennemi en volaille aujourd’hui. Elle comprend un certain nombre de différentes infections localisées et systémiques causées par un Escherichia coli pathogène.

Tout agrandir
  • L'agent étiologique de la colibacillose est Escherichia coli une bactérie Gram-.

  • Les signes cliniques varient considerablement en fonction de la maladie ou des lésions produites par E.coli. On observe différentes formes cliniques :

    Infections localisées:

    • Omphalites / infections du sac vitellin
    • Cellulite
    • Salpingites
    • Plus rarement: orchite, vaginite (dindes repros suite IA), syndrôme de la tête enflée (cellulite autour des yeux), maladie diarrhéique
    • Mortalité embryonnaire ou du très jeune poussin

    Infections systémiques: colisepticémie

    • Péritonites
    • Péricardites
    • Périhépatites
    • Aérosacculites
    • Méningites
    • Salpingites
    • Ostéomyélites
    • Arthrites
    • Synovites
    • Coligranulomes
  • Le diagnostic repose sur l'isolement et l'identification d'E coli à partir des lésions dans différents milieux de culture, préférentiellement à partir du péricarde, du foie ou de la rate.

    La PCR permettra de déterminer les différents facteurs de virulence.

  • Le traitement est basé sur une antibiothérapie. Il est préferable d'effectuer un test de sensibilité afin de selectionner l'antibiotique approprié et minimiser les résistances du fait des nombreuses antibiorésistances observées sur les isolats de terrain.

  • La détermination et la correction des facteurs de risque sont essentielles pour le contrôle de la colibacillose.

    • Prévention de la contamination fécale des oeufs
    • Ventilation: maîtrise de la poussière et du taux d'ammoniac
    • Flore intestinale: coccidiose et équilibre de la flore
    • Management du stress et des lésions cutanées
    • Désinfection soignée et régulière
    • Traitements eau de boisson (acides organiques, chlore, péroxyde)
    • Protection contre les infections primaires surtout immunosuppressives (vaccination Gumboro)

    Différents vaccins sont disponibles dans le commerce.

  • Les différentes formes de colibacillose sont responsables de pertes économiques importantes sur toutes les productions: chair, ponte, repros.