facebook pixel

Ce site web utilise des cookies nécessaires au bon fonctionnement du site et permettant de faciliter votre navigation. Vous trouverez plus d'informations sur les cookies, la façon dont nous les utilisons et la façon dont vous pouvez en contrôler l'usage en cliquant sur le lien suivant. En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez que nous utilisions des cookies, ainsi que précisé dans notre politique d’utilisation.

France

Aérosacculite

Inflammation de la muqueuse des sacs aériens chez les oiseaux

La maladie respiratoire chronique ou la maladie respiratoire complexe atteint généralement son pic à la fin de l’hiver et au début de l’automne, et est associée à un stress thermique (chaud/froid) et une mauvaise ventilation.

Tout agrandir
  • L'etiologie est difficilement identifiable .Les pathogènes les plus fréquemment en cause sont les bactéries Escherichia Coli et Mycoplasma gallisepticum, mais plusieurs virus y sont aussi souvent associés : la bronchite infectieuse, la laryngotrachéite infectieuse, l’influenza aviaire, la maladie de Newcastle, etc. Les facteurs de régie et le stress (changements de bâtiments, débecquage, froid, mauvaise aération) peuvent également favoriser la manifestation des maladies respiratoires.

  • La présence d’un œdème modéré à grave au niveau de la partie inférieure du cou et une respiration forte permettent d’identifier l’inflammation. Il est probable d’observer d’autres symptômes de l’infection bactérienne principale.

  • Le diagnostic repose essentiellement sur un diagnostic de laboratoire:

    • observation de lésions de polysérosité au niveau du système respiratoire, des sacs aeriens et de la cavité abdominale
    • des tests serologiques
    • l'isolement du pathogéne en cause.
  • Pour traiter cette maladie il est préférable d’en diagnostiquer précisément la cause et de suivre le traitement recommandé par votre vétérinaire.

  • Comme c’est le cas avec d’autres pathologies respiratoires, de bonnes conditions d’hygiène, une ventilation adéquate et l’utilisation d’une eau propre sont autant de facteurs contribuant à prévenir la maladie.

  • Lourdes pertes économiques: retards de croissance, augmentation des indices de consommation, saisies à l’abattoir, baisse de production d’oeufs, mortalités embryonnaires et les traitements antibiotiques.

  • Association des vétérinaires en industrie animale (2013) Mycoplasmoses aviaires Anne Gautier-Bouchardon, Isabelle Kempf Unité de Mycoplasmologie – Bactériologie AFSSA-Ploufragan/Plouzané2