Ce site web utilise des cookies nécessaires au bon fonctionnement du site et permettant de faciliter votre navigation. Vous trouverez plus d'informations sur les cookies, la façon dont nous les utilisons et la façon dont vous pouvez en contrôler l'usage en cliquant sur le lien suivant. En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez que nous utilisions des cookies, ainsi que précisé dans notre politique d’utilisation.

France

Maladies associées à Haemophilus parasuis

Haemophilus parasuis est une bactérie ubiquiste et par conséquent, on retrouve des anticorps dirigés contre cette bactérie dans les élevages porcins du monde entier. Les sérotypes 4 et 5 sont les plus fréquemment retrouvés.
La maladie de Glässer est actuellement reconnue comme une maladie dont l'impact économique se fait de plus en plus ressentir dans le monde entier.

Tout agrandir
  • Haemophilus parasuis (Hps) est un agent colonisateur précoce des voies respiratoires supérieures du porc, mais en présence de conditions favorables, cette bactérie peut envahir l'organisme et entraîner une grave affection systémique appelée maladie de Glässer. Cette maladie se caractérise par une polysérosite sérofibrineuse à fibrinopurulente, une polyarthrite et une méningite. Outre le fait d'être responsable de la maladie de Glässer, Hps joue également un rôle essentiel dans le complexe respiratoire porcin (CRP), en tant qu'agent prédisposant, envahisseur secondaire ou agent pathogène primaire à l'origine de pneumonies. Haemophilus parasuis est un bacille Gram négatif de petite taille de la famille des Pasteurellaceae. Les souches de H. parasuis présentent des caractéristiques différentes, notamment en termes de virulence. Le système de classification des souches Hps le plus utilisé actuellement est basé sur le sérotypage (15 sérotypes connus) :

    • sérotypes 1, 5, 10, 12, 13 et 14 considérés comme très virulents (mort du porc ou état proche de la mort en quatre jours).
    • sérotypes 2, 4 et 15 considérés comme modérément virulents.
    • sérotype 8 considéré comme légèrement virulent.
    • sérotypes 3, 6, 7, 9 et 11 apparaissant comme avirulents.
  • Dans les élevages ou chez les porcs qui n'ont jamais été en contact avec la bactérie, la maladie de Glässer apparaît rapidement, quelques jours après l'exposition à  Hps. Les signes cliniques incluent forte hyperthermie, apathie et anorexie. En fonction de la localisation des lésions inflammatoires, d'autres signes cliniques peuvent également être présents, parmi lesquels respiration abdominale, dyspnée, toux sévère, douleurs thoraciques et abdominales, gonflement des articulations (surtout au niveau du carpe et du tarse), boiterie, tremblements, manque de coordination, décubitus latéral et cyanose. Le taux de mortalité peut atteindre 10%. Les infections chroniques peuvent entraîner une baisse des performances avec des porcs à non-valeur économique, amaigris, présentant toux, dyspnée, perte de poids, boiterie et des poils rêches. Les lésions macroscopiques primaires constatées à l'autopsie prennent la forme d'un exsudat sérofibrineux (stade précoce) à fibrinopurulent (stade ultime) au niveau d'une ou plusieurs surfaces séreuses (notamment le péritoine, le péricarde et la plèvre) et articulaires ainsi que dans les méninges.

    Outre le fait d'être responsable d'une maladie systémique, Haemophilus parasuis contribue également à l'apparition du CRP. En effet, cette bactérie a été isolée chez des porcs atteints d'une pneumonie et une bronchopneumonie fibrinopurulente a été reproduite à la suite d'une infection expérimentale à Haemophilus parasuis chez des porcs conventionnels.

  • Le diagnostic de maladie associée à Haemophilus parasuis repose habituellement sur les antécédents de l'élevage, les signes cliniques, les conclusions anatomopathologiques obtenues à l'autopsie et l'isolement de la bactérie, mais l'existence de souches non virulentes et la colonisation précoce des voies respiratoires supérieures des porcs sains viennent souvent compliquer le diagnostic. Alors qu'il n'est pas facile d'isoler la bactérie responsable, cette méthode reste la méthode de diagnostic la plus fiable. Cependant, l'isolement de H. parasuis peut être très problématique pour les laboratoires d'analyses : en effet, la bactérie est facilement masquée par d'autres bactéries à croissance plus rapide, et  Hps devient rapidement non viable dans les échantillons mêmes. Le fait que les animaux aient reçu des antibiotiques peut également altérer le diagnostic. L'analyse rétrospective des échantillons envoyés aux laboratoires de diagnostic indique que la véritable incidence de la maladie pourrait être dix fois plus élevée que l'incidence rapportée, en partie à cause de l'impossibilité de confirmer la présence de Haemophilus parasuis dans les échantillons fournis. Le diagnostic des infections à H. parasuis reste par conséquent un véritable défi pour de nombreux vétérinaires, mais le taux de réussite peut être considérablement amélioré grâce à une procédure rigoureuse d'échantillonnage.

  • L'élimination de Haemophilus parasuis d'un élevage peut ne pas être souhaitable, car l'introduction de nouveaux animaux reproducteurs ou le mélange de porcs naïfs, jamais exposés à la bactérie avec des porcs porteurs de Hps peut déclencher une maladie sévère à l'échelle de l'élevage, responsable de pertes économiques considérables. L'antibiothérapie permet de juguler les infections à H. parasuis. Des doses d'antibiotiques élevées doivent être administrées par voie parentérale dès les premiers signes cliniques et il convient de traiter tous les porcs du groupe touché, pas uniquement ceux présentant des signes cliniques. La plupart des souches de H. parasuis sont sensibles à la plupart des antibiotiques. Cependant, dans le cadre de l'usage raisonné des antibiotiques dans le traitement de la maladie de Glässer, il convient de surveiller systématiquement, avant traitement, les schémas de sensibilité des isolats cliniques de Haemophilus parasuis.

  • La vaccination peut permettre de contrôler l'infection à Haemophilus parasuis, à condition que les programmes de vaccination répondent correctement aux deux problèmes essentiels que sont la diversité des sérotypes et le moment de la vaccination. En outre, les mesures de contrôle des infections à H. parasuis doivent également concerner les périodes d'isolement et d'acclimatation des cochettes nouvellement introduites dans l'élevage, ainsi que les autres pratiques d'élevage afin de réduire ou d'éliminer les autres agents pathogènes, resserrer les âges au sevrage et les flux d'animaux (conduite en bande stricte), éliminer le mélange des porcs à toutes les étapes de production, etc.

    1. Møller, K., Andersen, L.V., Christen, G. & Filian, M. (1993). Optimization of the detection of NAD dependent Pasteurellaceae from the respiratory tract of slaughterhouse pigs. Veterinary Microbiology 36, 261-271.
    2. Oliveira, S. & Pijoan, C. (2004). Haemophilus parasuis : new trends on diagnosis, epidemiology and control. Veterinary Microbiology 99, 1-12.
    3. Oliveira, S. (2004). Improving rates of success in isolating Haemophilus parasuis from clinical samples. Journal of Swine Health and Production 12, 308-309.
    4. Rapp-Gabrielson, V., Kocus, G., Clark, J. & Stephen, K. (1997). Haemophilus parasuis : immunity in swine after vaccination. Veterinary Medicine 92, 83-90.