facebook pixel

Ce site web utilise des cookies nécessaires au bon fonctionnement du site et permettant de faciliter votre navigation. Vous trouverez plus d'informations sur les cookies, la façon dont nous les utilisons et la façon dont vous pouvez en contrôler l'usage en cliquant sur le lien suivant. En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez que nous utilisions des cookies, ainsi que précisé dans notre politique d’utilisation.

France

Mal des transports

Trouble vous empêchant, vous et votre chien, de profiter des joies du voyage

Le mal des transports chez le chien est problématique pour l'animal et son propriétaire, et a souvent un impact sur leur mode de vie. Il existe des médicaments sans effet de somnolence qui préviennent les signes associés au mal des transports et permettent à l'animal et son propriétaire de profiter à nouveau de la liberté et du plaisir de voyager ensemble.

Tout agrandir
  • Le mal des transports est un problème considérable pour l'animal, mais également pour son propriétaire qui peut se sentir frustré du fait des désagréments occasionnés, y compris :

    • Voyager avec un chien qui se sent manifestement mal, même s'il ne vomit pas.
    • Voyager avec un chien malade et devoir nettoyer les vomissures.
    • Être distrait au volant par les mouvements et l'inconfort du chien.
    • Voir son animal souffrir et se sentir privé de sa présence.
    • Perdre la liberté de voyager avec son animal.

    En règle générale, les propriétaires aiment suffisamment leur chien pour modifier leur mode de vie afin de minimiser le mal des transports chez leur animal.

  • Le mal des transports (quel que soit le moyen de transport en cause, mais plus souvent la voiture) est une cause de vomissements importante chez le chien car :

    • il est très fréquent, touchant de nombreux chiens à un moment ou l’autre de leur vie.
    • il a des répercussions sur le mode de vie du chien et de son propriétaire, les empêchant de voyager librement ensemble.
    • certains médicaments et traitement préventifs modifiant le comportement ont une efficacité variable et présentent des inconvénients.

    Les mécanismes exacts intervenant dans le mal des transports ne sont pas totalement connus. Nous savons que les mouvements subis lors du déplacement ainsi que le stress ou l’anxiété associés peuvent entraîner de violentes sensations de nausées et des vomissements. L’équilibre chez l’homme et le chien est régi par un appareil contenu dans l’oreille interne, l’appareil vestibulaire, qui envoie des signaux au cerveau. Le mouvement auquel nous sommes soumis en voiture ou en bateau stimule cet appareil qui envoie alors de nombreux signaux au cerveau. Le stress (qui peut être lié à de mauvaises expériences antérieures) et la phobie des transports exacerbent ces signaux qui stimulent les zones du cerveau, entraînant nausées puis vomissements. Ce n’est que lorsque le mouvement s’arrête que les nausées diminuent au fur et à mesure que le cerveau retrouve une activité normale.

    Certains chiens souffrent d’un véritable mal des transports et les symptômes observés sont dus à l’effet du mouvement sur l’oreille interne, mais de nombreux autres facteurs peuvent être à l’origine de ce trouble. Chez certains chiens, ce malaise peut être une réaction exagérée à la peur et l’appréhension liées au bruit de la voiture ou au mouvement pendant le trajet (phobie des transports). La peur combinée au fait de ne pas comprendre ce qui se passe déclencheront des signes associés au mal des transports, comme l’anxiété, la salivation, les tremblements, les nausées et les vomissements. Cependant, quels que soient la cause et le mécanisme de stimulation du centre du vomissement, les signes cliniques observés par les propriétaires sont ceux du mal des transports et se traduisent par différentes manifestations, les vomissements étant le signe prédominant le plus désagréable pour le chien et son propriétaire.

  • Des études de marché ont montré qu'1 chien sur 6 (17%) souffre du mal des transports et que cela commence généralement lorsque l'animal est petit. Même si les chiots et les jeunes chiens y semblent plus sensibles, le mal des transports est un trouble fréquent qui touche les chiens de tout âge. Il peut constituer un problème à vie ou disparaître spontanément lorsque l'animal grandit.

    Quelle que soit la cause sous-jacente, les signes cliniques associés au mal des transports sont généralement semblables, même s'il peut arriver que le chien ne présente pas tous les signes en même temps : les premiers signes incluent une salivation excessive, un halètement, une déglutition et un léchage des lèvres, qui sont autant de signes de nausées. Ces signes évoluent vers des haut-le-cœur qui finissent souvent par des vomissements. Dans les cas graves, le chien peut commencer à vomir très rapidement, mais chez les chiens moins touchés, les vomissements peuvent ne survenir que plus tard ou après des mouvements plus intenses. Des signes d'anxiété, une agitation et des tremblements sont souvent décrits, et il est généralement impossible de dire si l'anxiété est à l'origine des vomissements ou si elle est due aux nausées/vomissements. Les vomissements peuvent être le signe clinique associé au mal des transports le plus stressant.

    Tous ces symptômes de malaise chez le chien (vomissements, nausées, salivation, agitation, anxiété et tremblements) rendent le voyage désagréable et stressant pour tous les protagonistes.

  • La présence de symptômes comme l'hypersalivation, les nausées, l'agitation, l'anxiété, les tremblements et les vomissements survenant au moment d'un voyage permettent d'établir facilement le diagnostic. Vous devez rechercher la présence de ces signes. Si votre chien se comporte différemment en voiture, salive ou bave beaucoup, ou semble mal à l'aise d'un point de vue général, il est possible qu'il ait des nausées. Consultez votre vétérinaire qui vous conseillera un traitement adéquat pour votre animal.

  • Le traitement du mal des transports (c'est-à-dire lorsque la situation se présente) a peu d'avantages par rapport au traitement préventif qui est plus efficace. Si vous planifiez un voyage et avez un chien souffrant du mal des transports, l'administration d'un traitement préventif est la meilleure solution pour qu'il se sente bien et que vous puissiez profiter du voyage ensemble.

  • Pour prévenir efficacement le mal des transports, il est possible d'utiliser des médicaments autorisés chez le chien dans cette indication particulière.

    Certains médicaments ont l'avantage de se présenter sous forme de comprimés, à administrer entre 1 et 10 heures avant le voyage (par exemple la veille d'un départ matinal). Leurs effets durent jusqu'à 12 heures.

    Les médicaments contre le mal des transports agissent en bloquant les signaux envoyés au cerveau, à l'origine des vomissements. Certains médicaments provoquent également une somnolence ou une sédation passagère en raison de leurs effets sur d'autres parties du cerveau. Tous les comprimés contre le mal des transports n'ont cependant pas ces effets. Renseignez-vous auprès de votre vétérinaire sur les différents traitements possibles.

    Voici quelques conseils utiles lors d'un voyage :

    • Pendant le voyage, laissez passer de l'air frais en ouvrant légèrement les fenêtres.
    • Conduisez prudemment en évitant les accélérations et les freinages inutiles.
    • Veillez à ce qu'il ne fasse ni trop chaud ni trop froid dans la voiture (la température corporelle du chien ne se régule pas facilement).
    • Lors de trajets plus longs, arrêtez-vous régulièrement et laissez votre chien sortir de la voiture pour qu'il boive.

    Il est également important d'apprendre à un jeune chien le comportement à avoir en voiture. Faites en sorte que l'animal associe la voiture à une expérience agréable, car le stress et l'anxiété sont des facteurs majeurs du mal des transports. De nombreux chiens réalisent leur premier trajet en voiture lorsqu'ils sont petits. Il convient d'habituer progressivement le chien à la voiture, en l'y installant pendant de courts moments, moteur éteint, avant de finir par mettre le moteur en marche et d'effectuer de courts trajets.