Ce site web utilise des cookies nécessaires au bon fonctionnement du site et permettant de faciliter votre navigation. Vous trouverez plus d'informations sur les cookies, la façon dont nous les utilisons et la façon dont vous pouvez en contrôler l'usage en cliquant sur le lien suivant. En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez que nous utilisions des cookies, ainsi que précisé dans notre politique d’utilisation.

France

Nématodes

Les vers ronds sont les parasites les plus fréquemment rencontrés chez le cheval. Cette famille de vers englobe de nombreuses espèces, les petits strongles étant celle la plus fréquemment rencontrée chez le cheval actuellement.

Tout agrandir
    • Pour de nombreux vers : symptômes allant de diarrhée modérée à une perte de poids importante et rapide, des coliques, voire la mort.
    •  Infestation due à des grands strongles : peut également être mortelle par obstruction des vaisseaux sanguins.
    •  Oxyures : prurit anal et attaque de mouches.
    •  Ascaris : toux, retard de croissance et poil piqué. En raison de leur taille, ils peuvent provoquer une occlusion mortelle ou une rupture de la paroi intestinale.
    •  Habronèmes : gastrite.
    •  Strongyloïdes : diarrhée, manque d'appétit, apathie, retard de croissance et perte de poids, ce qui, chez le poulain, peut entraîner des complications potentielles plus tard.
    • Onchocerques : irritation cutanée occasionnelle et œdèmes indolores au niveau des tendons et des ligaments.
    • Dictyocaules : toux persistante et augmentation de la fréquence respiratoire. Ils peuvent entraîner une pneumonie secondaire.
  • Même s'il est parfois possible d'observer des vers adultes dans les matières fécales, des tests diagnostic spécifiques sont nécessaires pour déterminer la nature de l'infestation larvaire. La coproscopie est un outil utile pour évaluer l'efficacité de votre programme de vermifugation et le statut parasitaire des nouveaux chevaux. De plus, elle permet d'identifier puis de traiter uniquement les chevaux qui présentent une infestation significative. Il convient de souligner qu'il n'existe actuellement aucun test diagnostic fiable permettant d'identifier les cyathostomes enkystés car à ce stade, les larves ne pondent pas d'œufs.

    • La prévention doit inclure un traitement systématique contre les vers ronds pendant toute la saison au pâturage. Cependant, lorsque l'hiver est plus doux et plus humide, le risque d'infestation larvaire peut être présent jusque tard dans l'année. Un traitement systématique contre les vers ronds doit par conséquent être administré au cheval toute l'année. Les petits strongles sont actuellement les parasites les plus fréquents et les plus dangereux chez le cheval. Ingérées lorsque l'animal pâture, les larves peuvent être à l'origine de maladies suite à leur accumulation au sein de la paroi intestinale.
    • PETITS STRONGLES ENKYSTÉS : en l'absence de traitement, les petits strongles enkystés, dissimulés dans la paroi intestinale, surgissent généralement en masse en fin d'hiver/début de printemps. Ces larves doivent être traitées au moins deux fois par an, en novembre et en février.
    • Gestion du pâturage :
      • Retirer régulièrement les crottins de votre pâturage, au moins deux fois par semaine pendant la saison au pâturage, et une fois par semaine de novembre à mars.
      • Ne pas surcharger le pâturage : idéalement, il ne devrait pas contenir plus deux ou trois chevaux par hectare environ.
      • Alterner les animaux qui pâturent lorsque cela est possible (bovins/ovins).
      • Éviter de laisser les poulains pâturer à côté de chevaux plus âgés car ils peuvent être une source majeure de contamination du pâturage et nécessitent une vermifugation plus régulière.
  • Quel est le principal parasite qui peut affecter mon cheval ?
    Le parasite le plus fréquent chez le cheval aujourd'hui est le petit strongle (ou cyathostome) qui peut provoquer des diarrhées, une perte de poids importante et rapide, ainsi que des coliques.

    Quand dois-je vermifuger mon cheval ?
    Les chevaux doivent être régulièrement vermifugés tout au long de l'année afin de contrôler les vers ronds. Ils doivent en outre bénéficier de traitements stratégiques administrés à des moments spécifiques afin de lutter contre le ténia, les gastérophiles et les petits strongles.

    Mon cheval présente une infestation massive. Comment puis-je le traiter ?
    Si vous pensez que votre cheval présente une infestation massive, il est conseillé de consulter votre vétérinaire afin qu'il établisse un traitement adapté à ses besoins.

    Que se passe-t-il en cas de surdosage ?
    Même si les risques d'effets secondaires en cas de léger surdosage d'un vermifuge sont faibles, il est important de doser correctement le vermifuge en respectant les recommandations du fabricant et celles de votre vétérinaire, surtout pour les poulains de faible poids ou les poulains de poneys.

    Et en cas de sous-dosage ?
    Le sous-dosage n'est pas dangereux pour le cheval mais vous lui administrerez en réalité une dose thérapeutique insuffisante et les parasites seront par conséquent exposés à une dose insuffisante potentiellement inefficace. Les vers qui survivront au traitement pourront transmettre leur « immunité » à leur descendance ce qui entraîne un risque de résistance au produit.

    Pourquoi est-il important de peser mon cheval ? Ne puis-je pas simplement estimer son poids ou lui donner tout le contenu de la seringue ?
    Le fait d'estimer le poids de votre cheval sans utiliser de mètre-ruban ni de bascule signifie que vous risquez de lui administrer une dose insuffisante par rapport à son poids. Cette dose insuffisante de vermifuge n'éliminera pas tous les parasites résidents. Cela leur permettra non seulement de continuer leur cycle parasitaire et de se reproduire dans l'organisme de votre cheval, mais également de développer une immunité et une résistance en étant exposés au vermifuge, sans pour autant être éliminés.

    Dois-je alterner les vermifuges lors de chaque saison au pâturage afin d'éviter le développement de résistances ?
    De nombreux facteurs peuvent être impliqués dans l'apparition d'une résistance : il a été suggéré que la stratégie la plus efficace à adopter pour retarder l'apparition d'une résistance consiste à éliminer les parasites résidents hébergés, puis à réduire la fréquence d'utilisation des vermifuges.


    Le choix des vermifuges à utiliser en alternance est assez limité et il est par conséquent recommandé de consulter votre vétérinaire avant d'utiliser l'un des ces produits.

    En outre, la gestion des pâturages et la coproscopie peuvent également contribuer à retarder l'apparition de résistances. Le fait de retirer les crottins du pâturage permet d'éliminer la plupart des sources de nouvelle infestation, y compris les parasites résistants en détruisant leur cycle de vie. La coproscopie permet d'allonger l'intervalle entre les traitements : en effet, seuls les animaux qui présentent un nombre d'œufs supérieur à un seuil donné sont traités. Il est cependant important de noter que la coproscopie ne donne aucune indication sur le niveau d'infestation larvaire étant donné que les œufs sont uniquement pondus par les adultes, et par conséquent aucune indication non plus sur le nombre de larves enkystées qu'héberge votre cheval.

    À quelle fréquence dois-je retirer les crottins du pâturage ?
    Les crottins doivent être régulièrement retirés du pâturage, au moins deux fois par semaine pendant la saison au pâturage, et une fois par semaine de novembre à mars. Même si des températures très basses peuvent tuer les larves infestantes présentes dans le pâturage, des niveaux d'infestation larvaire élevés peuvent être constatés toute l'année. Il existe ainsi un risque accru d'infestation des animaux au pâturage tout au long de l'année. Par conséquent, si l'automne et l'hiver restent doux et humides, il sera nécessaire de retirer les crottins deux fois par semaine toute l'année.

    Dois-je vermifuger ma jument gestante ?
    Il est très important de vermifuger les juments gestantes, non seulement pour protéger leur santé mais également celle du poulain à naître.

    À partir de quel âge le poulain doit-il être vermifugé ?

    En raison de leur faible tolérance aux parasites, les poulains peuvent rapidement présenter une infestation massive. Ils doivent par conséquent être vermifugés dès l'âge de quatre à six semaines, puis toutes les quatre semaines jusqu'à l'âge de 6 mois.

    • Voici un récapitulatif de toutes les espèces significatives chez le cheval :

      • Petits strongles : gros intestin. Les larves se fixent et s'enkystent au sein de la paroi intestinale et leur résurgence suite au désenkystement peut être mortelle.
      • Grands strongles : les larves migrent dans les vaisseaux sanguins du cheval et les adultes dans le gros intestin.
      • Oxyures : vivent au niveau du côlon. Les adultes migrent dans le rectum pour y pondre leurs œufs.
      • Ascaris : les larves migrent par voie sanguine vers le foie et les poumons et les adultes vers l'intestin grêle.
      • Trichostrongylidés : localisés dans l'estomac.
      • Habronèmes : localisés dans l'estomac. Les larves présentes dans les plaies cutanées empêchent leur cicatrisation : on parle alors de « plaies d'été ».
      • Strongyloïdes : les larves migrent via les poumons. Les adultes sont présents dans l'intestin grêle.
      • Onchocerques : peau.
      • Dictyocaules : poumons.