Ce site web utilise des cookies nécessaires au bon fonctionnement du site et permettant de faciliter votre navigation. Vous trouverez plus d'informations sur les cookies, la façon dont nous les utilisons et la façon dont vous pouvez en contrôler l'usage en cliquant sur le lien suivant. En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez que nous utilisions des cookies, ainsi que précisé dans notre politique d’utilisation.

France

Infestation par les puces chez le chien et le chat

Puces du chien et du chat

L'infestation par les puces est gênante pour l'animal et déclenche des réactions plus graves comme la dermatite allergique aux piqûres de puces, entraînant démangeaisons et croûtes. Les puces véhiculent des agents infectieux (Ténia, Bartonella bactérie responsable de la maladie des griffes du chat).

Tout agrandir
  • Les puces sont les parasites externes les plus fréquents chez les animaux de compagnie. La puce du chat (Ctenocephalides felis) est lespèce de puces la plus répandue chez le chat et le chien. L'infestation par les puces est désagréable pour l'animal et son maître.

    Le cycle de vie d'une puce dure de quelques semaines à un mois et peut même être plus long si les conditions sont favorables. Au cours de ce cycle composé de trois étapes équivalant à une boucle fermée, les puces vivent une métamorphose complète :

    • Les puces adultes sautent sur un hôte (chien, chat ou homme, par ex.) et commencent à se nourrir de son sang au bout de quelques minutes. Les piqûres de puces provoquent des démangeaisons et une irritation, et peuvent également transmettre des maladies.
    • Moins de 48 heures plus tard, les puces commencent à pondre des œufs qui tombent rapidement de l'animal et envahissent l'environnement.
    • En quelques jours, ces œufs éclosent et donnent des larves. Ces larves fuient la lumière et se logent immédiatement dans les tapis et les fissures des sols, ce qui rend leur repérage difficile. Elles tissent des cocons dans lesquels elles se développent pour devenir des nymphes, qui lorsque les conditions sont favorables, émergent sous forme de puces adultes prêtes à sauter sur un hôte à sang chaud et à perpétuer le cycle.

    Une seule femelle peut pondre jusqu'à 50 œufs par jour. En un mois, 10 femelles peuvent pondre jusqu'à 15 000 œufs. Le chien ou le chat touché répand des œufs de puces partout où il va, provoquant ainsi une infestation massive de l'environnement intérieur. Un saut de puce peut atteindre 33 cm, ce qui permet à la puce d'infester très facilement d'autres animaux ainsi que l'homme. Les puces mesurent de 1 à 2 mm, ce qui les rend à peine visibles. Pour 5 puces sur l'animal, 95 « se cachent » dans l'environnement (œufs qui tombent de l'animal, œufs et larves déjà présents dans l'environnement). Toute la maison, les tapis, les canapés, les lits et tout l'environnement de l'animal peuvent être massivement infestés par les œufs et les larves de puces qui constituent le réservoir d'une nouvelle infestation. Le fait d'aspirer la maison n'éliminera que 50% des œufs et des larves car ils sont dissimulés dans les sols et les tapis, et entremêlés dans les fibres. Les puces peuvent survivre jusqu'à 6 mois dans l'environnement.

    Une seule puce pique son hôte environ 10 fois par jour et ingère jusqu'à 15 fois son poids en sang. Les puces commencent à se nourrir très rapidement du sang de leur hôte après l'avoir infesté : 25% d'entre elles commencent à se nourrir dans les 5 minutes et 97% dans l'heure suivant leur arrivée sur l'hôte. Cela signifie qu'en cas d'infestation très importante, les puces peuvent entraîner une anémie chez un animal par ailleurs en bonne santé.

  • Les signes cliniques associés à une infestation par les puces peuvent varier et certains animaux ne présenteront aucun signe même en cas d'infestation massive.

    Les piqûres de puces entraînent des démangeaisons intenses qui peuvent se solder par des rougeurs, une inflammation et la perte des poils chez l'animal affecté. Les puces peuvent également être porteuses d'agents infectieux qu'elles peuvent transmettre à l'animal et même à l'homme. Si votre animal se gratte, se mordille, se frotte ou se lèche beaucoup les poils ou la peau, il est probable qu'il ait des puces. L'irritation liée aux piqûres de puces est parfois bénigne, mais si votre chat ou votre chien présente de nombreuses piqûres (surtout s'il s'agit d'un chaton ou d'un chiot), il peut être victime, à terme, d'une grave anémie.

    Certains chiens et chats réagissent violemment aux piqûres de puces. Ils développent une réaction allergique à la salive de puce (dermatite allergique aux piqûres de puces) et souffrent d'intenses démangeaisons (prurit) à l'origine d'une irritation et d'une gêne considérables. Le grattage entraîne fréquemment un léchage répété et le pelage de l'animal est souvent clairsemé. À terme, cela peut entraîner une perte de poils, une inflammation cutanée et une éventuelle infection. L'hypersensibilité aux piqûres de puces est l'allergie la plus fréquente chez le chien et le chat. Dans les zones où l'infestation par les puces est endémique, jusqu'à 40% des chiens peuvent produire des immunoglobulines (IgE) en réponse aux composants allergiques contenus dans la salive des puces. Les animaux touchés se grattent généralement au niveau de la moitié postérieure du corps, notamment à la base de la queue, sur la partie inférieure des cuisses et sur l'abdomen. Chez le chat, des papules croûteuses peuvent également être observées autour du cou. Le tableau clinique de l'infestation varie, avec par exemple une dermatite miliaire ou une perte de poils (alopécie) importante chez le chat, et un eczéma suintant ou une dermatite prurigineuse s'accompagnant de croûtes et d'un érythème chez le chien.

    Les puces sont de petits parasites plats brun foncé qui peuvent également être repérées lorsqu'elles s'enfoncent dans le pelage de votre animal ou sautent dessus. Vous pouvez également trouver de minuscules boules noires dans le pelage de votre animal : il s'agit d'excréments de puces.

    Récapitulatif des symptômes

    • Varient de signes légers à des manifestations plus intenses.
    • Grattage, démangeaisons, léchage de la peau.
    • Perte des poils, croûtes.
    • Infections cutanées bactériennes.
    • DAPP (hypersensibilité aux piqûres de puces).
  • Il est essentiel d'identifier et de traiter rapidement et efficacement l'infestation par les puces. Comment savoir si votre animal a des puces ? S'il se gratte, se mordille et se lèche plus souvent que d'habitude, vous pouvez soupçonner une infestation par les puces. Les signes cliniques peuvent être limités mais vous pouvez apercevoir des puces ou des excréments de puces dans son pelage.

    Le fait de trouver des puces et/ou des excréments de puces permet de poser un diagnostic définitif. En raison de leur taille minuscule, les puces sont souvent difficiles à repérer et les retirer peut se révéler plus difficile que ce que vous pensiez. Vous pouvez rechercher les puces en brossant le pelage de votre animal à l'aide d'un peigne anti-puces spécial. Recherchez également de minuscules particules rouges foncées qui peuvent ressembler à de petits grains de poivre, des bâtonnets en forme de virgule ou de longues torsades qui sont en réalité des excréments de puces contenant le sang digéré de votre animal. Pour confirmer cela, vous pouvez déposer les particules sur une serviette en papier blanc mouillée : vous verrez apparaître des taches brun rouge (il s'agit de l'hémoglobine contenue dans les excréments des puces).

    L'hypersensibilité aux piqûres de puces est également le trouble allergique le plus fréquent chez le chien et le chat. Dans les zones où l'infestation par les puces est endémique, jusqu'à 40% des chiens peuvent produire des IgE en réponse aux composants allergiques contenus dans la salive des puces. Les animaux touchés se grattent généralement au niveau de la moitié postérieure du corps, notamment à la base de la queue, sur la partie inférieure de la cuisse et sur l'abdomen. Chez le chat, des papules croûteuses peuvent également être observées autour du cou. Le diagnostic de dermatite allergique aux piqûres de puces repose sur plusieurs observations, parmi lesquelles les antécédents, les signes cliniques et la présence de puces ou d'excréments de puces. Lors de l'examen clinique, le vétérinaire relève la présence de puces ou d'excréments de puces sur le chat ou le chien, l'existence de lésions et la répartition de la dermatite. Un test cutané intradermique utilisant un antigène de puce à une dilution de 1/1000, ainsi qu'un témoin positif et négatif, peut être utilisé et déclenchera une réaction positive immédiate chez la majorité des animaux allergiques aux puces. Cependant, la réponse positive au traitement basé sur un programme anti-puces complet est également largement utilisée et sert de diagnostic.

    Le dypilidium (transmit par la puce du chien et du chat) est rarement observé chez l'homme. Par contre l'hydatidose et l'Ecchinococcose peuvent être transmises à l'homme par l'intermédiare du chien directement ou plus souvent indirectement. Les symptômes typiques d'une infestation causée par le ténia sont les douleurs abdominales, les diarrhées et le prurit anal avec une grave affection hépatique.

    Il a été largement démontré que les puces transmettaient la maladie des griffes du chat par l'intermédiaire d'une bactérie du genre Bartonella. Même si les symptômes classiques de la maladie des griffes du chat (fièvre et gonflement des ganglions) sont relativement bénins, il existe des formes plus graves de la maladie. Parmi les manifestations plus graves, citons l'infection bactérienne généralisée, les douleurs articulaires localisées et les troubles du système nerveux central. Une puce infectée peut infecter un chat qui à son tour, peut infecter un homme en le mordant ou le griffant. La maladie pourrait également être transmise directement à l'homme, par l'intermédiaire d'une piqûre de puce.

  • Il est essentiel d'adopter la bonne stratégie pour éviter l'infestation par les puces et de consulter un vétérinaire pour obtenir des conseils. Malgré les progrès considérables réalisés au cours des dernières années, l'instauration d'un traitement anti-puces efficace peut encore être un véritable défi. Il existe plusieurs produits à appliquer sur le dos de l'animal (spot-on) ou à administrer par voie orale une fois par mois.

    Étant donné que le cycle de vie d'une puce se déroule en réalité à distance de l'hôte, il est important de traiter l'animal et son environnement. Les propriétaires doivent soigneusement aspirer, laver la corbeille de l'animal et envisager l'utilisation d'un produit vaporisateur ou d'un spray qui agit sur les autres stades de développement des puces pour des résultats plus rapides. Alors que certains produits disponibles dans le commerce agissent sur plusieurs stades de développement de la puce, aucun ne parvient à détruire efficacement les nymphes larves. Certains spots-on sont efficaces pour traiter l'environnement.

    Pour un traitement anti-puces efficace chez votre chien ou votre chat, il est important de garder en mémoire les facteurs « invisibles ». Le traitement doit par conséquent s'orienter autour de trois axes :

    • Tuer rapidement les puces adultes : Choisir un traitement anti-puces qui élimine rapidement les puces de votre chien afin de minimiser les démangeaisons, l'irritation et le risque de transmission des maladies par les puces adultes.
    • Tuer les œufs de puces pour empêcher la contamination de l'environnement : les animaux infestés par les puces répandent en permanence un grand nombre d'œufs. Gardez à l'esprit que seules 10 puces peuvent pondre jusqu'à 15 000 œufs par mois ! Pour que votre maison ne continue pas à être infestée, il est indispensable de choisir un traitement anti-puces qui élimine également les œufs de puces.
    • Tuer les larves de puces afin de traiter l'environnement déjà contaminé : 95% des puces se trouvent dans l'environnement. Un traitement anti-puces qui élimine également les larves de puces et les œufs existants vous aidera à éradiquer efficacement une infestation par les puces.
  • Par conséquent, une fois l'infestation éradiquée, vous devez continuer à traiter votre animal. L'utilisation régulière d'un traitement anti-puces vous permettra de réduire de manière considérable le risque d'infestation par les puces. Il est important d'avoir une approche proactive en matière de prévention, quelle que soit l'affection concernée. Les puces sont présentes toute l'année et se multiplient rapidement : il est donc essentiel de traiter régulièrement votre animal, généralement une fois par mois. Demandez conseil à votre vétérinaire et au personnel de la clinique. Il est important de choisir un traitement facile à appliquer : les traitements anti-puces présentés sous forme de pipette sont particulièrement pratiques à appliquer et sûrs pour l'animal.

    Les animaux doivent bénéficier d'un traitement anti-puces tout au long de leur vie. Lorsque les puces issues des œufs déposés par les chiens, les chats ou les animaux sauvages sautent sur un animal traité, elles seront tuées ou leurs œufs seront détruits. De cette manière, vous protégerez vos animaux bien-aimés de futures infestations par les puces.