facebook pixel

Ce site web utilise des cookies nécessaires au bon fonctionnement du site et permettant de faciliter votre navigation. Vous trouverez plus d'informations sur les cookies, la façon dont nous les utilisons et la façon dont vous pouvez en contrôler l'usage en cliquant sur le lien suivant. En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez que nous utilisions des cookies, ainsi que précisé dans notre politique d’utilisation.

France

Pancréatite aiguë

La pancréatite aiguë (d’apparition soudaine) est assez fréquente chez le chien et peut être mortelle. La pancréatite peut également affecter les chats mais les symptômes observés sont différents. La mise en œuvre précoce d’un traitement adéquat permet généralement de guérir l’animal mais des récidives sont possibles et la pancréatite peut alors devenir chronique.

Tout agrandir
  • Le pancréas est une glande fragile, de consistance molle, aux contours mal délimités, située dans l’abdomen (ventre) de l’animal à proximité du foie, et reliée à l’estomac et à l’intestin grêle. Il fabrique des sucs (enzymes) digestifs qui sont envoyés dans l’intestin grêle et contribuent à la digestion des aliments ingérés. Il synthétise également l’insuline dont le rôle consiste à réguler le taux de sucre dans le sang et produit d’autres hormones qui se diffusent dans la circulation sanguine.

    Le passage de ces sucs dans l’abdomen plutôt que dans l’intestin provoque une inflammation du pancréas et des organes à proximité qu’on appelle pancréatite. Cette pathologie entraîne des signes cliniques locaux (douleurs abdominales) et de nombreux signes cliniques généraux. Si les lésions se perpétuent et l’animal n’est pas traité, des complications peuvent apparaître dans d’autres organes (signes cardiaques et respiratoires, problèmes de coagulation du sang, etc.).

    Une pancréatite d’apparition soudaine est appelée pancréatite aiguë. Le tableau clinique peut varier et englober des symptômes d’intensité modérée à grave. La pancréatite chronique (à long terme) se caractérise par des symptômes récurrents fluctuants et survient généralement après un épisode initial de pancréatite aiguë.

    Dans de rares cas de pancréatite grave et récidivante, le pancréas peut présenter des lésions étendues et l’animal développer une insuffisance fonctionnelle correspondant à une production insuffisante d’hormones (insuline, par exemple) et d’enzymes digestives pouvant se solder, respectivement, par un diabète et une insuffisance pancréatique exocrine.

    La plupart des cas de pancréatite aiguë sont de cause inconnue. Les causes ou les facteurs de risque de pancréatite incluent les lésions abdominales (accident de la route, chute d’un arbre), l’ingestion d’un repas extrêmement gras, les tumeurs du pancréas, certains médicaments, la prédisposition de certaines races (Schnauzer nain, par exemple), les maladies hormonales chez le chien ou d’autres affections abdominales (maladie hépatique chez le chat, par exemple).

    Les chiens généralement sujets à la pancréatite aiguë sont les chiens entre deux âges ou plus âgés, voire en surpoids. Il est possible que le risque de pancréatite chronique soit plus élevé chez certaines races de chiens comme le Cavalier King Charles, le Cocker spaniel, le colley et le boxer. Les chats Européens (c’est-à-dire sans pedigree) sont généralement atteints par la forme aiguë.

  • Les symptômes observés chez un chien atteint d’une pancréatite aiguë sont assez variables en matière de gravité et sont peu spécifiques. Ils incluent généralement une perte d’appétit, une léthargie, des vomissements et des douleurs abdominales. Certains chiens manifestent leur douleur en adoptant une posture voûtée caractéristique qui vise à soulager la douleur. Dans certains cas, l’animal peut également présenter des diarrhées, de la fièvre, une déshydratation et d’autres signes cliniques plus graves comme des hémorragies sous la peau, du sang dans les vomissures ou les selles, des anomalies du rythme cardiaque et de la respiration, et un état de choc (collapsus) en cas d’atteinte grave. La forme grave peut être mortelle pour le chien.

    En cas de pancréatite chez le chat, les symptômes observés sont beaucoup moins « classiques » et spécifiques. En effet, le chat peut simplement être apathique et ne montrer aucun intérêt pour la nourriture, mais peut présenter, ou non, des vomissements ou des douleurs abdominales. La pancréatite est par conséquent plus difficile à suspecter et à diagnostiquer chez le chat.

    Les chiens atteints d’une pancréatite chronique présenteront de manière intermittente des symptômes moins graves, de type vomissements et douleurs abdominales.

  • Il est essentiel de consulter votre vétérinaire si votre chien ou votre chat présente des signes cliniques comme des vomissements, une perte d’appétit ou une apathie, qu’ils soient ou non associés à d’autres symptômes. Seul le vétérinaire pourra établir le diagnostic final.

    Il réalisera un examen clinique complet de l’animal et effectuera des analyses de laboratoire (notamment des examens sanguins) et éventuellement, une radiographie et une échographie de l’abdomen de votre animal. Chez le chien, il soupçonnera plus particulièrement une pancréatite si l’animal présente des douleurs abdominales et des vomissements importants.

    Cependant, de nombreuses autres affections abdominales comme la gastrite, la gastro-entérite, la présence d’un corps étranger intestinal, une intoxication aiguë, les atteintes hépatiques, la péritonite et la septicémie peuvent entraîner des symptômes semblables et rendre le diagnostic difficile à établir.

    La réalisation d’examens sanguins spécifiques, comme le dosage du taux d’enzymes pancréatiques (lipase ou amylase spécifique) dans le sang, et de clichés du pancréas aideront le vétérinaire à poser le diagnostic final.

  • Le traitement de la pancréatite est généralement médicamenteux et a plusieurs objectifs. En effet, il vise à éliminer la cause de la pancréatite lorsque cela est possible, à rétablir et à maintenir l’équilibre électrolytique, à mettre le pancréas au repos afin de limiter la sécrétion d’enzymes, à minimiser les signes cliniques, à soulager la douleur aussi efficacement que possible et à prendre en charge les éventuelles complications.

    L’une des clés du traitement consiste à réhydrater l’animal et à le laisser à jeun. Le traitement des vomissements et de la diarrhée représente également l’un des aspects essentiels de la prise en charge car les pertes d’eau et d’électrolytes peuvent à elles seules mettre rapidement la vie de l’animal en jeu. Les antiémétiques permettent d’arrêter les vomissements et certains d’entre eux sont également très efficaces contre les nausées. Ils peuvent être utilisés sous forme injectable puis sous forme de comprimés par la suite. Outre l’administration d’antiémétiques, le soulagement de la douleur est également un aspect extrêmement important en cas de pancréatite car il permet d’améliorer la qualité de vie de l’animal.

    En cas de pancréatite bénigne chez un chien peu déshydraté, l’administration d’une solution de réhydratation peut se faire sous la peau (injection sous-cutanée). Cependant, dans la plupart des cas, l’animal est hospitalisé afin de pouvoir le perfuser et ainsi traiter au mieux la déshydratation. La période de jeûne peut durer de 48 à 72 heures. Le chien ne doit rien manger, ni même sentir l’odeur de la nourriture afin de laisser le pancréas au repos et d’éviter la production d’enzymes pancréatiques. Il convient de laisser s’écouler au moins 24 heures après le dernier épisode de vomissements avant de réintroduire progressivement des aliments pauvres en graisses et très digestes. Dans certains cas, une alimentation spécifique (par l’intermédiaire d’une sonde directement placée dans l’intestin grêle) peut être nécessaire.

    Votre vétérinaire peut également décider de prescrire à votre animal d’autres médicaments comme des antibiotiques  ou des antiacides. Enfin, si d’autres organes sont atteints, il convient d’instaurer un traitement symptomatique, notamment dans les cas très graves qui nécessitent une prise en charge globale de toutes les fonctions vitales. Le chien hospitalisé pour une pancréatite doit faire l’objet d’une étroite surveillance afin de pouvoir contrôler toutes les fonctions organiques et anticiper une éventuelle dégradation.

  • Il est difficile de prévenir la survenue d’une pancréatite. Cependant, il convient d’opter pour une alimentation de bonne qualité, d’éviter les aliments très gras et de minimiser l’accès de l’animal à autre chose que les aliments spécifiques pour chiens/chats.