facebook pixel

Ce site web utilise des cookies nécessaires au bon fonctionnement du site et permettant de faciliter votre navigation. Vous trouverez plus d'informations sur les cookies, la façon dont nous les utilisons et la façon dont vous pouvez en contrôler l'usage en cliquant sur le lien suivant. En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez que nous utilisions des cookies, ainsi que précisé dans notre politique d’utilisation.

France

Mastocytomes chez le chien et le chat

Le mastocytome cutané représente la tumeur de la peau la plus répandue chez le chien. Outre la peau, il peut également affecter d’autres organes. Dans de nombreux cas, des traitements médicaux et chirurgicaux sont possibles et permettent à l’animal de conserver une qualité de vie satisfaisante.

Tout agrandir
  • Les mastocytes sont des cellules normalement présentes dans la peau et les tissus conjonctifs qui permettent de soutenir et de relier de nombreuses parties de l’organisme entre elles. Ces cellules sont également présentes dans de nombreux organes internes. Elles contiennent de puissants composés (comme l’histamine, le composé libéré après une piqûre de guêpe par exemple) qu’elles peuvent libérer.

    Les tumeurs issues de ces cellules sont appelées mastocytomes. Le mastocytome cutané représente la tumeur cutanée la plus répandue chez le chien. Il s’agit d’une tumeur maligne. S’il n’est pas diagnostiqué rapidement, le mastocytome peut croître localement et infiltrer les tissus cutanés environnants. Les formes les plus agressives peuvent également s’étendre à d’autres organes comme les ganglions lymphatiques locaux, le foie et la rate. Ce cancer peut également se manifester par des signes généraux comme une perte d’appétit, une baisse de forme, des vomissements ou des diarrhées qui altèrent la qualité de vie de l’animal. Ces signes apparaissent lorsque les cellules libèrent leurs puissants composés dans l’organisme de l’animal.

    Chez le chat,les mastocytomes se manifestent sous forme de tumeurs cutanées comme c’est le cas chez le chien, mais plus souvent sous forme de cancer généralisé au niveau de la rate ou de l’intestin.

  • Les mastocytomes cutanés peuvent évoquer de nombreuses autres lésions cutanées et affecter n’importe quelle partie de l’organisme. En effet, à la palpation, il est impossible de distinguer ces tumeurs malignes d’autres tumeurs bénignes comme les lipomes (tumeurs composées de cellules graisseuses).

    L’âge de l’animal à l’apparition de ce type de tumeur varie entre 3 semaines et 19 ans, même si ces tumeurs sont plus fréquentes chez les chiens entre deux âges. Les mâles sont autant affectés que les femelles. Certaines races comme le boxer, les retrievers, le Boston terrier, le Shar Pei ou l’épagneul breton sont prédisposées.

    D’un point de vue clinique, le mastocytome cutané revêt généralement la forme d’une masse cutanée saillante sans poils dont la taille peut augmenter puis diminuer. En effet, la libération de puissants composés inflammatoires peut être à l’origine des altérations observées, et déclencher une irritation cutanée généralisée et des démangeaisons. Les mastocytomes agressifs, qui s’accompagnent de petites lésions autour de la lésion principale, ont tendance à croître rapidement, à s’ulcérer et à démanger l’animal.

    Il est également possible d’observer des symptômes généraux comme le manque/la perte d’appétit, les vomissements et la présence de sang digéré ( de couleur noir) dans les selles (due à l’ulcération gastro-intestinale liée à l’action des puissants composés libérés par la tumeur à distance).

    Il est impératif de consulter rapidement votre vétérinaire si votre chien présente ces symptômes locaux ou généraux.

  • Une lésion cutanée ne doit jamais être ignorée une fois découverte car les chances d’évolution favorable en cas de lésion cancéreuse sont bien plus importantes lorsque le cancer est diagnostiqué et traité précocement.

    Cela signifie que, dans presque tous les cas, des cellules  de la lésion devront être aspirées à l’aide d’une seringue à aiguille fine au niveau de la lésion cutanée afin de savoir s’il s’agit ou non d’un mastocytome. Cette méthode permet de prélever de façon indolore quelques cellules afin de les examiner au microscope (cytologie). La découverte de cellules cancéreuses (mastocytes en grande quantité) permettra généralement de confirmer le diagnostic de mastocytome. Contrairement à une croyance universelle, ces techniques ne favorisent en aucun cas la diffusion de la maladie.

    Il peut également être nécessaire d’aspirer des cellules au niveau du ganglion lymphatique local, puis d’effectuer des examens (échographie abdominale du foie et de la rate, par exemple) afin d’évaluer l’étendue du cancer dans l’organisme. Une évaluation de l’extension tumorale (le cas échéant) dans l’organisme, qui correspond au stade de la tumeur, doit être réalisée.

    Le vétérinaire peut également pratiquer une biopsie de la tumeur suspecte. Cette intervention consiste à retirer par voie chirurgicale un morceau de la tumeur, puis à procéder à une analyse histologique. Cet examen est indolore et il revêt une importance particulière car il permettra de confirmer ou non l’existence d’un cancer et d’en définir le type. S’il s’agit d’un mastocytome, il permettra également d’en définir le grade. La détermination du grade d’un mastocytome permet de définir le degré d’agressivité de la tumeur qui constitue un indicateur pronostique très important en termes de réponse au traitement et de survie globale.

    En se basant sur l’état clinique de l’animal ainsi que sur le grade et le stade de la tumeur, votre vétérinaire vous expliquera la conduite à tenir pour une prise en charge et un traitement optimaux de votre animal.

    Il peut également être indiqué de consulter un vétérinaire spécialisé en oncologie.

  • Plusieurs options de traitement sont disponibles, parmi lesquelles la chirurgie, la radiothérapie et les traitements médicamenteux (thérapie ciblée et chimiothérapie). La meilleure prise en charge en cas de mastocytome repose souvent sur plusieurs thérapies, c’est-à-dire sur l’association de différents types de traitement.

    Chirurgie :
    Le traitement de première choix d’un mastocytome reste l’ablation chirurgicale de la masse tumorale cutanée qui permet la guérison dans de nombreux cas. En effet, la majorité des mastocytomes sont des tumeurs isolées sans signe d’extension. La marge pratiquée autour de la lésion au cours de l’intervention chirurgicale doit être large afin de retirer, dans la mesure du possible, l’ensemble du tissu cancéreux. Cependant, dans certaines zones (patte, face, par exemple), il peut arriver que la marge pratiquée soit plus petite que la marge idéale. Dans ces situations, en cas de tumeurs locales récidivantes, de tumeur de grade élevé ou d’autres formes de cancer généralisé, votre vétérinaire vous conseillera un traitement complémentaire à la chirurgie.

    Radiothérapie :
    Elle est utilisée en cas de tumeur agressive ou située dans un site difficilement accessible par voie chirurgicale.

    Chimiothérapie :
    De récentes découvertes en médecine vétérinaire ont permis de mettre au point des médicaments spécialement destinés au traitement des mastocytomes chez le chien. Certains d’entre eux constituent des thérapies ciblées qui détruisent spécifiquement les cellules cancéreuses ou les vaisseaux sanguins de la tumeur afin qu’elle ne soit plus irriguée. Ces médicaments se sont révélés efficaces dans le traitement des mastocytomes. Ils sont administrés par voie orale au domicile par le propriétaire et permettent des durées de traitement prolongées afin de contrôler le mastocytome. Comme c’est le cas de tout anticancéreux, il est primordial d’assurer une surveillance régulière du chien sous thérapie ciblée pour évaluer la réponse tumorale et détecter tout effet secondaire susceptible de nécessiter des soins, une adaptation de la posologie ou l’interruption provisoire du médicament.

    D’autres chimiothérapies habituellement réservées à l’homme ont également été utilisées par les vétérinaires spécialisés en oncologie pour traiter les mastocytomes chez le chien.

    Autres médicaments :
    En général, l’animal bénéficie également de soins de soutien basés sur l’utilisation d’autres médicaments permettant d’éviter les symptômes généralisés liés à la libération des substances toxiques contenues dans les mastocytes de la tumeur au cours du traitement (vomissements, ulcération, etc.).

    Qualité de vie :
    La qualité de vie est l’un des facteurs les plus importants pour un animal sous traitement anticancéreux. L’objectif de tout traitement anticancéreux est la guérison ou la rémission de la maladie, tout en minimisant les effets secondaires. En cas d’effets graves, le vétérinaire adaptera le traitement en conséquence. Il est important que votre animal puisse profiter de la vie comme il l’a toujours fait et donc de lui assurer son bien-être au quotidien.

    Pronostic :
    La chirurgie permet de guérir les mastocytomes de bas grade. Certaines tumeurs cutanées peuvent à nouveau croître localement ou s’étendre aux organes internes, en fonction du grade de la tumeur et du degré de réussite de l’ablation chirurgicale (ablation complète ou non).

    Le suivi d’un animal sous traitement anticancéreux à long terme est très important afin de surveiller la réponse tumorale et l’apparition éventuelle d’événements indésirables liés au traitement médicamenteux ou à une possible récidive.

  • Il n’existe actuellement aucun facteur de risque connu de mastocytome cutané chez l’animal.

    Cependant, il est indispensable d’examiner soigneusement et régulièrement votre animal lorsque vous le caressez car cela permet de détecter précocement toute masse susceptible d’être une tumeur cutanée. Consultez votre vétérinaire dans les plus brefs délais si vous constatez la présence d’une masse sur la peau de votre animal. Seul votre vétérinaire sera à même de distinguer une tumeur cutanée d’une masse bénigne et pourra mettre en œuvre le meilleur traitement pour votre animal.