facebook pixel

Ce site web utilise des cookies nécessaires au bon fonctionnement du site et permettant de faciliter votre navigation. Vous trouverez plus d'informations sur les cookies, la façon dont nous les utilisons et la façon dont vous pouvez en contrôler l'usage en cliquant sur le lien suivant. En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez que nous utilisions des cookies, ainsi que précisé dans notre politique d’utilisation.

France

Leucose féline

Le virus de la leucose féline est très répandu et affecte les chats dans le monde entier. Il entraîne une forte baisse du système immunitaire chez les chats infectés de manière persistante. La baisse de l’état général et le cancer font partie des nombreux signes et maladies mortelles provoqués par ce virus. La vaccination permet d’éviter l’infection persistante et la maladie. En cas de doute ou si vous adoptez un chat adulte, votre vétérinaire peut recommander un test sanguin rapide, qu’il réalisera directement avant la vaccination à la clinique (Witness®).

Tout agrandir
  • Le virus de la leucose féline (FeLV) est présent dans le monde entier. Tous les chats peuvent être infectés par ce virus, mais le risque d’infection dépend énormément de l’âge de l’animal, de son style de vie, de son état de santé général et de son environnement. Le virus n’infecte ni l’homme ni aucun autre animal de compagnie.

    Le FeLV peut être transmis lors du toilettage mutuel (y compris lorsque la mère lave ses petits) ou par l’intermédiaire d’une morsure. Le virus est présent dans les fluides corporels, surtout dans la salive, mais également dans les urines et les selles. Il ne survit pas dans l’environnement extérieur ; par conséquent, un contact direct est généralement indispensable à sa transmission.

    La mère peut également transmettre le virus à ses chatons avant la naissance, ou après lors de l’allaitement.

    Une fois transmis, le virus se multiplie dans la circulation sanguine. Au cours de cette première phase, il est possible que le chat parvienne à combattre l’infection et à se débarrasser définitivement du virus, sans jamais présenter le moindre symptôme. Dans certains cas, le système immunitaire ne parvient pas à éliminer le virus et le chat est alors infecté de manière persistante pour le reste de sa vie. Le chat tombera alors malade et finira par mourir dans les mois ou les années qui suivent l’infection initiale.

  • L’infection persistante par le FeLV peut être à l’origine de très nombreux signes ou maladies chroniques. Les signes et maladies les plus fréquents figurent ci-dessous.

    • Fièvre et léthargie
    • Perte d’appétit
    • Perte progressive de poids
    • Pelage terne
    • Augmentation de volume des ganglions lymphatiques
    • Guérison lente en cas de maladies courantes
    • Anémie chez environ 25 % des chats, à l’origine d’une pâleur des gencives
    • Infections de la peau ou des voies respiratoires supérieures
    • Signes gastro-intestinaux

    Un cancer apparaît chez environ 15 % des chats. Les types de cancer rencontrés sont les suivants :

    • Moelle osseuse (leucémie)
    • Cancer (lymphosarcome) de l’un ou plusieurs de ces organes :
      • Ganglions lymphatiques
      • Thymus
      • Reins
      • Intestin
      • Foie
      • Nez ou yeux

  • Diagnostic clinique

    • Les chats infectés peuvent paraître en bonne santé pendant des mois, voire des années alors qu'ils sont contagieux pour leurs congénères. Il est donc important de les détecter le plus tôt possible.
    • Par la suite, une fois que ces chats tombent malades, les symptômes peuvent être très variés et ne sont pas toujours très évocateurs. Il convient donc de confirmer le diagnostic par des analyses.
    • Les chats à l’aspect malingre (en mauvais état général) éveilleront les soupçons du vétérinaire.

     

    Tests diagnostiques
    Pour détecter cette maladie, des analyses de laboratoire permettent de confirmer la présence du virus dans la circulation sanguine.

    • Le vétérinaire réalise fréquemment un test rapide (WITNESS®) directement à la clinique.
    • Des examens sanguins complémentaires peuvent être nécessaires pour confirmer le diagnostic et compléter le tableau clinique.
    • Les résultats de ces tests sont parfois négatifs en présence de tumeurs spécifiques car le virus n’est plus présent dans le sang ; une biopsie de l’organe concerné doit alors être réalisée.
  • Il n’existe aucun médicament permettant de détruire le virus de la leucose féline ou de guérir les maladies qu’il provoque. Le traitement se limite à des soins d’appoint qui peuvent néanmoins contribuer au maintien de la qualité de vie du chat pendant plusieurs mois, voire plusieurs années.

    Traitement d’appoint général

    • Des cycles de traitement antibiotique prolongés sont fréquemment nécessaires pour endiguer les infections opportunistes.
    • Une bonne hygiène bucco-dentaire est indispensable et doit être associée à une alimentation qui limite l’accumulation de plaque et de tartre.
    • Éviter les sources de stress comme un séjour dans une pension ou les modifications des habitudes quotidiennes.
    • Éviter les facteurs de risque potentiels d’infection (contact avec des chats non vaccinés ou vagabondage, par exemple).
    • Détection et traitement précoces des problèmes de santé, même mineurs. 

    Tumeurs

    • La chimiothérapie s’est révélée assez efficace dans le traitement de certaines tumeurs liées au FeLV sur une durée limitée.

    En cas de suspicion d’une infection par le virus de la leucose féline ou si l’infection a pu être confirmée, le chat infecté ne doit pas être mis à la reproduction : il présente un risque pour les autres chats car il peut excréter le virus. Cela peut constituer un problème si le chat vit avec d’autres chats non infectés ou s’il sort.

  • La vaccination permet d’éviter l’infection persistante et par conséquent, la maladie. Le vaccin contre le virus de la leucose féline peut faire partie de la série habituelle de vaccins, ou y être ajouté. Votre vétérinaire prendra en compte votre situation spécifique et vous proposera le calendrier vaccinal le mieux adapté au style de vie de votre chaton ou de votre chat.

    La vaccination ne sera pas efficace chez un chat déjà infecté. Il est par conséquent important de connaître avec certitude le statut de votre chat vis-à-vis du virus de la leucose avant de le faire vacciner. Choisissez un chaton dont la mère a été confirmée indemne de virus. En cas de doute ou si vous adoptez un chat adulte, votre vétérinaire peut recommander un test sanguin rapide, qu'il réalisera directement avant la vaccination à la clinique (WITNESS®).