facebook pixel

Ce site web utilise des cookies nécessaires au bon fonctionnement du site et permettant de faciliter votre navigation. Vous trouverez plus d'informations sur les cookies, la façon dont nous les utilisons et la façon dont vous pouvez en contrôler l'usage en cliquant sur le lien suivant. En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez que nous utilisions des cookies, ainsi que précisé dans notre politique d’utilisation.

France

Clamydiose féline

La chlamydophilose est une maladie qui affecte les yeux des chats. Elle est présente dans le monde entier. Sa prévalence est très élevée dans les foyers comportant plusieurs chats. L’écoulement permanent des yeux est un symptôme fréquemment observé. La vaccination permet de contrôler cette maladie assez pénible pour l’animal.

Tout agrandir
  • La chlamydophilose féline est une infection des yeux due à la bactérie Chlamydophila felis (anciennement appelée Chlamydia psittaci). Elle affecte les chats du monde entier. Les chlamydioses existent chez l’homme mais les infections à Chlamydophila felis sont vraiment propres au chat, et seuls de très rares cas de transmission de l’infection à l’homme après un contact avec un chat infecté ont été rapportés.

    La bactérie Chlamydophila se transmet facilement d’un chat à l’autre. Tous les chats peuvent être infectés, quel que soit leur âge, mais la maladie touche néanmoins plus souvent les jeunes chatons (entre 5 semaines et 3 mois) et les chats vivant en collectivités (élevages ou refuges pour animaux par exemple), dans lesquels la maladie peut être extrêmement difficile à éradiquer, notamment si elle est associée au stress lié à l’introduction fréquente de nouveaux chats.

    La bactérie provoque généralement une conjonctivite (inflammation de la muqueuse des yeux et des paupières) modérée mais persistante. La maladie peut également toucher le nez et provoquer des éternuements et des écoulements ; elle atteint plus rarement les poumons.

    Environ 30 % des cas de conjonctivite chez le chat sont dus à la bactérie Chlamydophila felis.

    La chlamydophilose seule est rarement mortelle ; c’est le caractère permanent de la maladie, notamment dans les foyers comportant plusieurs chats, qui en fait une maladie si problématique.

    Les désinfectants classiques permettent d’éliminer facilement la bactérie qui ne survit que peu de temps dans l’environnement. L’infection se transmet par contact direct avec un chat infecté.

  • Le symptôme classique est une conjonctivite persistante. Il s’agit d’une inflammation de la muqueuse rose des paupières et de la muqueuse transparente du blanc de l’œil. L’œil peut devenir très rouge et l’écoulement peut être de consistance aqueuse à épaisse et purulente. Contrairement au coryza du chat, la chlamydophilose touche généralement un seul œil au départ avant de se propager à l’autre.

     

    Plusieurs semaines et mois plus tard, le chat peut encore présenter un écoulement foncé et collant autour des yeux, surtout au niveau des canaux lacrymaux ; les croûtes ainsi formées doivent être régulièrement nettoyées. Cela peut entraîner de graves problèmes chez les chats ayant la face/ le nez aplati ou les poils longs.

     

    D’autres symptômes sont plus fréquents au début de la maladie :

    • Éternuements et écoulements du nez
    • Fièvre et perte d’appétit

    Les symptômes sont toujours plus graves si le chat a le coryza au même moment.

     

  • Diagnostic clinique

    • Il est impossible de distinguer de manière fiable la chlamydophilose des autres causes de conjonctivite.
    • Votre vétérinaire soupçonnera une chlamydophilose chez les chats dont la conjonctivite est le principal symptôme, surtout si l’animal est issu d’un foyer comportant plusieurs chats, d’un élevage ou d’un refuge pour animaux.

    Tests diagnostiques

    • Un prélèvement effectué au niveau de l’œil peut être envoyé à un laboratoire d’analyses afin de rechercher la bactérie impliquée.

    • Traitement antibiotique de longue durée, en application locale au niveau des yeux et par voie générale.
    • Les soins hygiéniques visant à nettoyer les écoulements ainsi que des encouragements continus afin que le chat mange accéléreront la guérison.
  • La prévention de la maladie passe par la vaccination. Cette dernière ne permet pas toujours de prévenir l’infection mais atténue la gravité de la maladie.

    Elle est très importante pour les chats issus d’un foyer comportant plusieurs chats dans lequel la maladie peut constituer un véritable problème. Votre vétérinaire prendra en compte votre situation spécifique et vous proposera le calendrier vaccinal le mieux adapté au style de vie de votre chat.