facebook pixel

Ce site web utilise des cookies nécessaires au bon fonctionnement du site et permettant de faciliter votre navigation. Vous trouverez plus d'informations sur les cookies, la façon dont nous les utilisons et la façon dont vous pouvez en contrôler l'usage en cliquant sur le lien suivant. En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez que nous utilisions des cookies, ainsi que précisé dans notre politique d’utilisation.

France

La rhinotrachéite infectieuse bovine

La rhinotrachéite infectieuse bovine, ou IBR (de l'anglais Infectious Bovine Rhinotracheitis) est une affection respiratoire aiguë et contagieuse qui affecte les bovins. Elle est causée par l'herpèsvirus bovin de type 1 (BHV-1) qui agit essentiellement sur les voies respiratoires et l'appareil reproducteur. En Europe, de nombreux pays l'ont déjà éradiqué. Dans les autres pays, des programmes de contrôle ou d'éradication sont en cours.

Tout agrandir
  • Le virus herpès bovin-1 (BHV1) appartient à la famille des Herpèsvirus. Il est extrêmement contagieux et peut se propager rapidement dans un groupe. Les sécrétions des bovins atteints sont très contagieuses. Tous les animaux, quel que soit leur âge, sont potentiellement à risque. En ce qui concerne la pneumonie, deux autres virus sont couramment impliqués en association avec l'IBR : le virus respiratoire syncytial bovin et le virus parainfluenza 3.

  • L'IBR peut être à l'origine de nombreux symptômes (fièvre pouvant aller jusqu'à 41,7 C, léthargie, perte d'appétit, abattement général) qui touchent dans des proportions variables :

    • les voies respiratoires (toux, jetage nasal, rhinotrachéite nécrosante et, dans les cas mortels, présence de fausses membranes nécrotiques).
    • l'appareil reproducteur (troubles de la fertilité, avortement spontané, anomalies congénitales).

    Chez la vache laitière, l'un des premiers signes cliniques (non spécifique) de l'infection à BHV1 est la diminution de la production de lait.

  • Les signes cliniques (fièvre, jetage nasal et conjonctivite) et les données épidémiologiques peuvent permettre d'orienter le diagnostic, mais des examens complémentaires sont indispensables pour poser un diagnostic définitif (analyses de laboratoire).
    Chez la vache laitière, une diminution prolongée de la production de lait, un avortement spontané ou des troubles de la fertilité sont également des signes indicateurs.

  • En cas de foyer d'IBR et en vue de réduire l'impact d'autres agents bactériens pathogènes, le traitement des cas sera symptomatique.

  • Empêcher le virus de pénétrer dans l'élevage et limiter son étendue en vaccinant les animaux constituent les deux bases de la prévention de l'IBR.
    Des vaccins efficaces sont disponibles. Afin de pouvoir identifier les animaux qui ont été vaccinés de ceux qui ont été infectés, des vaccins dits « marqueurs » ont été développés.