Ce site web utilise des cookies nécessaires au bon fonctionnement du site et permettant de faciliter votre navigation. Vous trouverez plus d'informations sur les cookies, la façon dont nous les utilisons et la façon dont vous pouvez en contrôler l'usage en cliquant sur le lien suivant. En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez que nous utilisions des cookies, ainsi que précisé dans notre politique d’utilisation.

France

Les maladies respiratoires des bovins

Pneumonie, bronchopneumonie, fièvre des transports, rhinotrachéite infectieuse bovine, pleuropneumonie fibrineuse, rhinite, trachéite, bronchite

Chez les bovins, le terme général de « maladies respiratoires » désigne un ensemble de troubles respiratoires qui peuvent entraîner des pertes économiques importantes dans les exploitations affectées. Ces maladies, causées par divers facteurs agissant de manière isolée ou en association, affectent les voies respiratoires basses c'est-à-dire les poumons (pneumonie) ou les voies respiratoires hautes (rhinite, trachéite, bronchite).

Tout agrandir
  • Les maladies respiratoires constituent un « complexe respiratoire » :

    • Elles sont généralement causées par divers agents pathogènes d'origine virale (virus respiratoire syncytial bovin, ParaInfluenza 3, adénovirus, BVD, BHV1), bactérienne (Pasteurella multocida, Mannheimia haemolytica, Histophilus somni, Mycoplasma bovis), parasitaire (strongles pulmonaires) ou fongique (Aspergillus). Ces agents interagissent les uns avec les autres ou conjointement avec un processus inflammatoire ou une réaction allergique pour déclencher la maladie proprement dite.
    • Les bactéries peuvent provoquer un syndrome grave en envahissant les voies respiratoires des bovins qui ont été préalablement affaiblies par les infections virales.
    • Différents facteurs de risque peuvent précèder et participer à l'infection : le stress provoqué par le sevrage, le changement d'alimentation, ainsi que les variations de la température ambiante et de l'humidité peuvent en faire partie. En réponse à tous ces éléments, les animaux ont en effet tendance à puiser dans leurs réserves énergétiques et à s'affaiblir.
  • Chez les bovins, les infections respiratoires se manifestent de différentes manières, en fonction de l'âge de l'animal, du ou des micro-organisme(s) responsable(s) et du stade de la maladie, entre autres.

    Principaux signes cliniques :

    • Fièvre :
      • Les maladies respiratoires s'accompagnent généralement de fièvre. Elles représentent, en effet, l'une des causes de fièvre les plus courantes, et la fièvre est toujours l'un des premiers signes du complexe respiratoire bovin.
    • Léthargie.
    • Manque d'appétit.
    • Abattement.

    Signes respiratoires :

    • Respiration superficielle et rapide.
    • Légère toux :
      • Dans les cas de maladie respiratoire peu avancée, les poumons et les voies respiratoires sont généralement douloureux. L'animal essaiera donc d'éclaircir ses voies respiratoires en toussant légèrement. Une forte toux bien audible ou l'émission de râles indique des cas beaucoup plus avancés et chroniques qu'il est difficile de traiter.
    • Écoulement nasal et oculaire de type aqueux, puis contenant du pus et/ou des traces de sang.
    • Salivation importante.
  • Les signes cliniques et les données épidémiologiques peuvent permettre d'orienter le diagnostic, mais des examens complémentaires sont souvent nécessaires pour identifier les agents responsables (p. ex, sur lavage alvéolaire, prélèvements rhinopharyngés, prises de sang, autopsies).

  • Le traitement doit toujours cibler spécifiquement la cause de la maladie et les signes cliniques (antibiotiques, antiparasitaires, anti-inflammatoires non stéroïdiens, bronchodilatateurs, mucolytiques, réhydratant oral).

  • La prévention des maladies respiratoires passe essentiellement par la réduction des stress et la vaccination contre les virus et les bactéries qui sont responsables de ces pathologies.

    • Vaccination (différents protocoles).
    • Conditions d'hébergement correctes, réduction des stress :
      • Minimiser l'exposition aux conditions environnementales qui contribuent à la maladie, telles que la poussière, une densité animale excessive, une ventilation insuffisante (une ventilation adéquate est essentielle dans les exploitations).
      • S'assurer que les animaux reçoivent une vermifugation adaptée.
      • S'assurer que les animaux se reposent correctement, offrir une alimentation adaptée, ainsi que de l'eau en quantité suffisante (particulièrement après un transport).
      • S‘assurer que les animaux reçoivent des quantités de vitamines et de nutriments adéquates.
      • Une alimentation équilibrée aide également à prévenir les maladies et à renforcer le système immunitaire.
      • Manipuler les animaux en douceur.
      • Réduire/minimiser les allers-retours dans la stabulation.
      • S'assurer que la litière est propre et sèche au moment du vêlage.
      • Garder les animaux aussi propres et secs que possible.
      • Éviter le surpeuplement des aires de vie et des stabulations.
      • Maintenir de bonnes conditions d'hébergement et une bonne ventilation.
      • Conserver des conditions de températures optimales et minimiser les variations de température.
  • En Europe, les maladies respiratoires sont responsables d'au moins 576 millions € de pertes pour le secteur bovin1. 58% des coûts liés aux maladies respiratoires proviennent de la diminution du poids corporel des animaux, de la mortalité et des coûts associés au travail supplémentaire (séparation des animaux infectés, traitement2). Pertes par animal dues aux maladies respiratoires :

    • 65 € par veau laitier2.
    • 123 € par veau de boucherie2.
  • 1 Nicholas R.A.J, Ayling R.D (2003) Research in Veterinary Science 74 : 105-112.
    2 Andrews A.H. (2000) Cattle Practice Vol 8 Part 2 : 109-114.