facebook pixel

Ce site web utilise des cookies nécessaires au bon fonctionnement du site et permettant de faciliter votre navigation. Vous trouverez plus d'informations sur les cookies, la façon dont nous les utilisons et la façon dont vous pouvez en contrôler l'usage en cliquant sur le lien suivant. En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez que nous utilisions des cookies, ainsi que précisé dans notre politique d’utilisation.

France

Le panaris

Panaris interdigité, phlegmon interdigité, nécrobacillose interdigitée, panaritium

Le panaris est une maladie infectieuse qui affecte gravement les pieds des bovins. Elle est caractérisée par un gonflement du pied et une boiterie soudaine et intense. Il s'agit d'un état pathologique extrêmement douloureux qui peut devenir chronique s'il n'est pas traité, ouvrant alors la voie à l'infection d'autres parties profondes du pied.

Tout agrandir
  • Le panaris se développe suite à une lésion de la peau située dans les espaces interdigités. Cette lésion constitue une porte d'entrée pour les bactéries, permettant à l'infection de se propager rapidement au tissu conjonctif de la région digitée.

    • Les coupures, contusions, plaies par perforation ou abrasions importantes permettent à des bactéries anaérobies comme Fusobacterium necrophorum et Bacteroides melaninogenicus de pénétrer dans les tissus du pied, où elles peuvent alors déclencher une infection.
    • Douleur, boiterie soudaine avec gonflement de l'espace interdigité et de la couronne.
    • Fièvre, dégradation de l'état de santé, diminution de la production de lait (vaches laitières), perte d'appétit entraînant une perte de poids (bovins allaitants).
    • Inflammation et nécrose purulente dans l'espace interdigité, associées à une odeur nauséabonde.

    Sans traitement, l'inflammation évolue vers la nécrose qui peut s'étendre aux tissus environnants : tendons, articulation, y compris l'os du doigt, ce qui conduit alors à de l'arthrose chronique.

  • Le panaris pouvant s'aggraver très rapidement, il est essentiel de pouvoir le dépister précocement. Les signes cliniques (par un examen minutieux du pied) et les données épidémiologiques peuvent permettre d'établir le diagnostic.

    • Administration précoce d'un antibiotique par voie systémique.
    • Traitement local : Traitement oral : complémentation en zinc (particulièrement si l'alimentation est déficiente en zinc).
      • Parage des onglons.
      • Médicaments topiques.
        • Spray.
        • Pédiluves (bains de pieds).
      • Bandage.
    • Amputation chirurgicale dans les cas très graves.
    • L'hygiène de l'habitat est un élément majeur dans la prévention du panaris : Pédiluves (bains de pieds).
      • Minimiser les surfaces rugueuses et les zones humides, particulièrement autour des zones d'alimentation et d'abreuvement.
      • Enlever le fumier régulièrement.
      • Mettre des tapis le long des abreuvoirs et des mangeoires.
      • Favoriser le drainage en utilisant des monticules de terre ou de fumier composté.
    • Pédiluves (bains de pieds).
    • Bonne alimentation :
      • Vitamine A.
      • Iodure organique, zinc.
  • L'impact économique sur un troupeau laitier comprend :

    • Une baisse de la production de lait.
    • Une diminution des performances de reproduction.
    • Une moins bonne détection des chaleurs.
    • Une augmentation, non souhaitée, des animaux mis à la réforme.

    L'impact économique sur un élevage allaitant comprend :

    • Un ralentissement de la prise de poids.
    • Une mise sur le marché qui s'en trouve retardée.

    Lorsque les agents pathogènes ont pris « racine » dans l'environnement, les cas de panaris peuvent être fréquents pendant longtemps. Il est donc nécessaire d'assurer une surveillance constante pour prévenir des pertes économiques graves.